Connexion
26.07.2019

Championnat du Monde Féminin 2019 à Neuchâtel

Tanja Stella : ambassadrice de l'IFF GoGirls de l'équipe nationale suisse

Tanja Stella est l'ambassadrice de l'IFF GoGirls de l'équipe nationale suisse. Le Championnat du monde féminin de Neuchâtel est la sixième participation de Tanja à un tour final. Elle a disputé plus de 100 matches internationaux et est l'une des joueuses les plus expérimentées de Suisse.

Je m'appelle Tanja Stella, mais mes coéquipières des Kloten-Dietlikon Jets ne m'appellent que "Stella" ou "Stelli". J'habite tout près de Kloten, où j'ai grandi. Je travaille comme employée de bureau et j'aime aller voir ma famille et mes amis pendant mon temps libre. Sur le terrain, je suis une joueuse passionnée avec beaucoup d'émotions. Pour que je puisse me surpasser, moi et mes coéquipiers. Les adversaires veulent probablement d'autres joueuses que moi, car je n'abandonne jamais et je pense que cette attitude compense mon manque de technique.

Comment as-tu commencé à jouer à l’unihockey et depuis combien de temps joues-tu déjà ?

Quand j'avais cinq ans, j'ai commencé la gymnastique. À l'époque, je n'ai pas pensé une seule seconde à devenir un jour une joueuse nationale d’unihockey. Quand j'avais neuf ans, je m'entraînais jusqu'à 20 heures par semaine et je n'avais pas le temps pour un autre sport. Cela m'ennuyait que mon frère ait eu le temps de pratiquer deux sports - l’unihockey et le football. J'ai donc décidé d'aller m'entraîner à l’unihockey avec lui. Au bout d'un moment, j'ai mis fin à ma carrière de gymnaste. J'ai beaucoup apprécié cette période entre 9 et 13 ans ! J'ai joué à l’unihockey avec les garçons sur un petit terrain, sans aucune pression. Quand je suis entrée à l'école secondaire, j'ai commencé à jouer dans une équipe junior du UHC Uster. C'était le début de ma carrière d’unihockey.

Comment es-tu entrée dans l'équipe nationale ?

Ma volonté et ma force m'ont mené loin, mais pas tout à fait jusqu’au bout. J'ai joué en troisième ligne de Dietlikon et j'ai eu la chance de m'entraîner avec certaines des "golden women" des Championnats du Monde 2005 comme Simone Berner, Daniela Morf et Natalie Stadelmann. J'étais donc habitué aux combats acharnés et au jeu rapide. J'ai eu la chance de m’entraîner avec l'équipe nationale, mais je n'ai pas disputé de matches internationaux. Puis une joueuse s'est blessés avant la Coupe du Monde 2009 à Västerås et j'ai joué mon premier match à l'EFT en Finlande peu avant la Coupe du Monde. Depuis, les entraîneurs ont apprécié ma constance et ma force physique, alors je suis devenue la joueuse que je suis aujourd'hui. Même à l'âge de 31 ans, j'ai toujours le sentiment que je peux m'améliorer en tant que joueuse. J'ai toujours la même volonté de travailler sur moi-même et la même motivation pour jouer et gagner de grands matchs.

Comment te prépares-tu pour la Coupe du Monde 2019 ?

Cette année, nous avons l'occasion de nous entraîner plus fort que jamais. Avec le staff, nous avons décidé en équipe de nous mettre au défi - comme en cas d'urgence ! Dans le cadre de ce que l'on appelle le "Summer Challenge", nous rencontrons l'équipe nationale tous les vendredis depuis mai, en plus de nous entraîner avec l'équipe de notre club. Nous recevons des informations tactiques, suivons ces instructions lors d'exercices sur le terrain et jouons des matches amicaux contre des équipes juniors ou masculines. Nous avons tout le temps de discuter des situations détaillées et de travailler sur le système. Même en tant qu'équipe, nous nous rapprochons parce que nous nous voyons plus souvent. Avec le "Summer Challenge", nous faisons également un entraînement de force et d'endurance que le staff a préparé pour chacune d'entre nous. Il contient six à sept unités par semaine, dont certaines peuvent être incluses dans l’entraînement du club. Actuellement, l'effort d’entraînement est d'environ 17 heures par semaine. C'est pourquoi je suis très enthousiaste quant aux résultats et à tous les avantages que nous tirerons du « Summer Challenge ».

Qui est ton joueur préféré ?

C'est difficile de ne nommer qu'un seul joueur. Il y a beaucoup de joueurs talentueux et dévoués que j'aime regarder. Mais j'admire le style de jeu de Ketil Kronberg, c'est incroyable.

Fait du hasard ?

Mon nom de famille montre mes racines italiennes et j'aime beaucoup la cuisine italienne ! "Prosciutto crudo con meloni, pasta, pizza, vino rosso, espresso ristretto e gelati." L'eau me vient immédiatement à la bouche. Malheureusement, mon père n'a jamais appris l'italien de son père. Je n'ai donc jamais appris à parler cette belle langue. Pas encore ! Ce sera l'un de mes objectifs après ma carrière active de joueuse d’unihockey.

Foto: Fabrice Duc

Partenaires principaux et Sponsors

Partenaire principal

La Mobilière

Équipementier

FAT PIPE

Équipementier

Ochsner Sport

Sponsor Or

Concordia

Sponsor Argent

Gast AG

Sponsor Argent

Opacc

Sponsor Argent

xtendx

Partenaire

Faude & Huegenin

Partenaire médias

unihockey.ch

Membre de

iff

Membre de

swiss olympics

Charity

Floorball4all

Soutenu par

Sport-Toto